A mille lieues de mon foyer,
après mille lieux traversés,
devant moi le ruisseau.
L’eau fraîche au creux de mes mains.
L’or traverse ma gorge.
Au milieu du monde d’après,
on ne peut plus pleurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.